You are here

Quatre auteurs francophones à l’honneur

 

Le mois de la francophonie est une invitation à découvrir ou redécouvrir des auteurs dont la langue est teintée d'accents venus d'ailleurs. L’alliance française a pioché quatre livres dans sa médiathèque. Quatre auteurs. De l’Asie au Maghreb, Elisa Shua Dusapin, Anna Moï, Joël Dicker et Tahar Ben Jelloun font raisonner la langue française de la plus belle manière.

Hiver à Sokcho d’Elisa Shua Dusapin, Editions Zoé, 2016

Ce court roman nous transporte dans la station balnéaire de Sokcho, en Corée du Sud. Dans cette petite ville proche de la frontière nord-coréenne, c’est l’hiver et l’attente. Tout semble en suspens jusqu’à ce que la vie reprenne. Nous assistons à la rencontre entre la narratrice, jeune Franco-Coréenne qui n’est jamais allée en Europe, et Kerrand, dessinateur français en quête d’inspiration en Asie. Entre eux, nul grand discours, mais une complicité silencieuse qui s’installe peu à peu. Le roman n’est pas riche en rebondissements, et pourtant, il nous enveloppe comme une couette un froid matin d’hiver. L’écriture d’Elisa ShuaDusapin est précise et minimaliste tout en étant chaleureuse : le quotidien de ces deux personnages en quête d’un bouleversement dans leur vie est rendu vivant par la description de détails émouvants.

Riz noir d’Anna Moï, Gallimard, 2006

Loin de Sokcho et de l’image d’une ville balnéaire désertée des touristes et figée dans le froid hivernal, nous voici dans le Vietnam de 1968. Saigon est à feu et à sang, déchiré par la guerre et le déferlement de violence causé par l’offensive du Têt. Deux sœurs sont retenues captives, torturées par des fonctionnaires, ces « gens ordinaires » qui, après leur journée de travail, retrouvent leur famille dans la simplicité de la sphère domestique. Au-delà des horreurs de la guerre et des souffrances des deux sœurs dans le bagne de Poulo Condor, c’est le Vietnam de son enfance que s’attache à nous offrir ici Anna Moï. Le murmure de l’océan Pacifique ; le bruissement des feuilles de thé ; l’odeur musquée des coupons de soie que vendait la mère des deux sœurs autrefois ; le parfum entêtant des fruits qui mûrissent puis tombent au pied des arbres, près du soupirail de la cellule de prison… Magnifiquement bien écrit, ce livre est un précieux témoignage historique autant qu’un roman initiatique, véritable ode aux femmes vietnamiennes.

 

Le Livre des Baltimore de Joël Dicker, De Fallois, 2015

On se souvient de l'immense succès de La vérité sur l'affaire Harry Quebert, paru en 2012 et couronné du Grand Prix de l'Académie Française. Si l'on pouvait reprocher à ce roman une écriture hésitante, un peu juvénile, il n'en est rien pour Le Livre des Baltimore. L'histoire se passe, une fois encore, aux Etats-Unis. Dans une grande épopée familiale, nous suivons l'âge d'or puis la lente chute de la famille Goldman, divisée en deux clans : les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Le narrateur, le jeune Marcus Goldman, fait partie de la branche des Montclair, famille de la classe moyenne du New Jersey. Il est fasciné par la branche des Baltimore, famille prospère à qui tout réussit, chez qui il passe ses meilleures vacances d'été. Mais un jour survient le "Drame" et tout bascule. Joël Dicker peint avec talent les espoirs et les obsessions d’un jeune adulte qui apprend peu à peu à renoncer à l’idéalisme et accepte de se confronter à la réalité – et si ce fameux clan des Goldman-des-Baltimore n’était pas cet écrin de perfection qu’il a toujours fantasmé ? L’ambiance américaine, la vivacité des personnages et le suspense sont autant de raisons de se plonger dans cet agréable roman. .

 

L'Enfant de sable de Tahar Ben Jelloun, Editions du Seuil, 1985

Le succès retentissant de ce roman lui doit d’être passé dans la catégorie des classiques tant ses thèmes sont complexes et universels. Situé Nous au Maroc, l’histoire suit la huitième fille d'un couple dont le père décide de l'élever comme le fils héritier qu'il n'a jamais eu. Le livre retrace la naissance, la vie puis la mort de cette fille que l'on nomme Ahmed et que l'on fait passer pour un garçon. C'est le récit, bouleversant, parfois douloureux, d'une enfant dont on vole le sexe et l'identité, enfant de sable happé par ce mensonge familial et social. Naître fille est une calamité nous dit l’auteur. Ce livre est aussi une analyse de la société marocaine traditionnelle et de son rapport à la sexualité. Conte philosophique plein de rebondissements, L'Enfant de sable est la vertigineuse histoire d'une femme dépassée par sa construction identitaire, par la question du rapport au corps, et par celle de l'essence féminine et masculine. Aux prises avec le masque dont est recouvert chaque individu dans un monde traditionnel, Ahmed donne, enfin, magnifiquement corps aux espoirs de la jeunesse.