You are here

Les livres de l’été

Vous cherchez des idées de lecture pour l’été ? C’est le moment de profiter de l’espace lumineux de la médiathèque de l’Alliance Française, située dans notre centre de Jordan. Roman graphique réaliste, roman court en huis-clos, récit absurde sur toile de fond historique, magazine déjanté à la pointe sur les questionnements des jeunes actifs du XXIe siècle ; chacun trouvera une lecture à son goût pour agrémenter ses soirées d’été.

Qui ne dit mot consent, Alma Brami (Mercure de France, 2017)

Le septième roman d’Alma Brami, jeune écrivain française résidant à Hong Kong, nous emporte dans un terrible et fascinant huis-clos. C’est un conte cruel dans lequel l’idéal romantique de la fusion amoureuse désintègre lentement, progressivement et terriblement le couple.

Dès les premières lignes, le ton est donné : ce conte sera amer. Nous suivons l’histoire du point de vue d'Emilie, épouse timide qui vit dans l’ombre et l’adoration d’un mari pervers et manipulateur. Elle l’a suivi à la campagne, laissant derrière elle parents et amis ; il lui promet une vie de rêve et l’aide bientôt à rencontrer de nouvelles amies. Elle ne se doutait pas, pourtant, qu’il s’agissait de ce genre d'amies, et qu’elle serait obligée de leur céder son mari. Au fil des lignes, la frustration gagne le lecteur : cette femme n’est-elle pas une poupée de chiffon, une chose fragile à secouer vivement ?

Comment trouvera-t-elle le salut ? Qui aura de la compassion pour elle, une fois le livre terminé ? Car le personnage d’Emilie nous regarde avec de grands yeux et nous hante, des jours durant, tant les mots d’Alma Brami sont durs, tranchants et noirs.

Dans Qui ne dit mot consent, les répliques, cinglantes, se mêlent aux pensées de la narratrice, dans un long monologue intérieur. L’hostilité du monde heurte de plein fouet la délicatesse d’Emilie ; elle prend la forme de terribles scènes de famille, de mots d’humiliation, d’une descente aux enfers. Alma Brami nous propose un roman fort sur la violence conjugale et la manipulation psychologique. Son écriture subtile, aux accents tragi-comiques, est une superbe réussite.

Dans la section roman de la médiathèque.

Le pingouin, Andreï Kourkov (Liana Levi, 1996)

Certains d’entre vous ont peut-être eu la chance d’assister à la rencontre avec Andrei Kourkov le 17 avril dernier à la librairie Parenthèses. Cet écrivain ukrainien de langue russe raconte la Russie avec un humour féroce, dans un style à la fois simple et profond. Dans Le pingouin, nous plongeons dans le quotidien de Victor Zolotarev, écrivain solitaire à la vie répétitive. Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’un rédacteur en chef lui propose un travail pour le moins insolite : rédiger les nécrologies de personnalités encore en vie pour un grand journal. Un travail paisible et lucratif, jusqu’au jour où des incidents désastreux surviennent.

Il ne faut pas se fier aux phrases courtes, en apparence factuelles, de ce drôle de roman : chaque paragraphe cache une ironie et une maîtrise totale de l’absurde qui vous fera rire et frémir. Ceux qui ont rencontré cet écrivain unique savent qu’il écrit comme il parle : avec dérision, humour et une pointe de cynisme. A défaut de pouvoir l’écouter raconter ses anecdotes des heures durant, on se plongera avec délectation dans l’univers impitoyable de l’ex-Union soviétique brillamment raconté par Kourkov. Francophone, l’auteur a dédicacé notre exemplaire du Pingouin aux lecteurs de l’Alliance Française. Venez vite l’emprunter à la médiathèque !

Dans la section roman de la médiathèque.

Une nuit à Rome, Jim (Bamboo, 2012)

Alors que Raphaël fête ses quarante ans, il reçoit une mystérieuse cassette VHS, accompagnée d’un simple numéro de téléphone. Sur l’image, il reconnait Marie, un amour de jeunesse, née le même jour que lui. Le soir de leurs vingt ans, ils se sont fait le serment de passer la nuit de leurs quarante ans ensemble. Tout revient alors en mémoire à Raphaël - ce pari fou, cette promesse, son histoire avec Marie - malgré la vie tranquille qu'il mène alors aux côtés de sa compagne Sophia depuis un an. Et s’il répondait à cet appel ? S’il se laissait aller au frisson, au danger déraisonnable de revoir Marie ?

Bien plus qu’une histoire stéréotypée d’un homme quarantenaire en plein doute existentiel, Jim nous livre ici une superbe réflexion sur les idéaux et les rêves qui continuent de nourrir les vies les plus simples et les plus rangées. Le graphisme est somptueux, l’histoire est simple et touchante, les personnes nous ressemblent. Malgré le risque qu’encourait l’auteur de s’empêtrer dans des propos moralisants, il n’en est rien. On se laisse emporter par ce récit sobre, qui court sur une centaine de pages, et on n’espère qu’une chose : lire le deuxième tome.

Dans la section roman graphique de la médiathèque.

Néon, le nouveau magazine pour jeunes actifs

« Comment survivre à ses enfants (et à ceux de ses amis) », « 30 jours pour devenir écolo »... voici autant de dossiers qui vous sont proposés dans le dernier arrivé de notre section presse : le magazine Néon. Destiné aux jeunes adultes, ce magazine à l’humour décalé aborde des sujets ultra contemporains, sous la forme de statistiques, de dossiers complets ou d’articles plus légers. Si le ton est décalé et humoristique, le magazine ne se place pas moins dans la catégorie des publications sérieuses en matière d’actualité, de culture et de tendances de société.

Alternant reportages de fond (« Qui veut épouser mon fils ? Dans le marché aux célibataires de Shanghai »), conseils de lecture, rubrique micro-trottoir (« A quelle époque aimerais-tu vivre ? »), statistiques reconnues plus ou moins utiles et billets humoristiques, Néon se veut beaucoup plus qu’un magazine. Il s’agit d’une plateforme en réalité augmentée : chaque numéro se voit agrémenter de contenus en ligne accessibles via une application... l’expérience est double, sur papier et numérique. Rythmé, décapant, insolite, ce magazine ravira les amateurs de jeux de mots et d’analyses de fond des tendances les plus sérieuses et les plus étranges de notre société actuelle.

Dans la section presse de la médiathèque.